Pfizer Inc. et Merck & Co. Inc. ont annoncé mercredi de nouveaux essais de leurs médicaments antiviraux oraux expérimentaux pour le COVID-19, alors que la course au développement d’un traitement facile à administrer pour cette maladie potentiellement mortelle s’accélère .

Pfizer a noté que son dernier essai de phase intermédiaire et avancée impliquera 1 140 adultes non hospitalisés qui ont été diagnostiqués avec une infection à coronavirus et qui ne sont pas à risque de maladie grave. Les patients participant à l’essai recevront la pilule Pfizer, connue sous le nom de PF-07321332, et un ritonavir à faible dose , un médicament plus ancien largement utilisé dans les traitements combinés de l’infection par le VIH.

Le médicament de Pfizer est conçu pour bloquer l’activité d’une enzyme clé nécessaire à la multiplication du coronavirus.

Merck a déclaré que son nouvel essai étudierait le médicament expérimental molnupiravir pour la prévention du COVID-19 chez les adultes vivant dans le même foyer qu’une personne diagnostiquée avec une infection symptomatique à coronavirus. Merck et son partenaire Ridgeback Biotherapeutics mènent déjà un essai de stade avancé du traitement en ambulatoire pour voir s’il réduit le risque d’hospitalisation ou de décès.

Le molnupiravir est un type d’antiviral conçu pour introduire des erreurs dans l’ARN du virus qui finissent par empêcher sa réplication.

🟦 ANNONCE 🟦

Pfizer a lancé un essai différent du PF-07321332 en juillet chez des adultes infectés par le COVID-19 qui présentent un risque élevé de tomber gravement malades en raison de problèmes de santé sous-jacents tels que le diabète. La société a déclaré qu’elle s’attend à obtenir les premiers résultats de cette étude cet automne. Ses rivaux Pfizer et Merck, ainsi que la société pharmaceutique suisse Roche Holding AG, sont ceux qui ont le plus avancé dans le développement de ce qui serait la première pilule antivirale pour traiter, voire prévenir, le COVID-19.

À ce jour, le médicament intraveineux Veklury de Gilead Sciences Inc, génériquement connu sous le nom de remdesivir, est le seul traitement antiviral approuvé pour COVID-19 aux États-Unis.

En juin, Roche et son partenaire Atea Pharmaceuticals ont noté que les premières données d’un essai de leur antiviral oral expérimental AT-527 ont montré qu’il réduisait la charge virale chez les patients hospitalisés.

Merck a déclaré en juin que le gouvernement américain avait accepté de payer environ 1,2 milliard de dollars pour 1,7 million de cures de molnupiravir, s’il est prouvé que cela fonctionne et qu’il est autorisé par les régulateurs. La société a déclaré qu’elle prévoyait de demander l’autorisation d’utilisation d’urgence du molnupiravir aux États-Unis au plus tôt au cours du second semestre 2021.

🟦 ANNONCE 🟦

Pfizer a déclaré en juillet que si l’essai PF-07321332 réussissait, il déposerait une éventuelle autorisation d’utilisation d’urgence au quatrième trimestre.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News