Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Des chercheurs de l’Université israélienne Ben Gurion ont utilisé une datation radio-krypton pour cartographier l’histoire du système aquifère nubien de grès, situé sous le désert israélien du Néguev.  Il a également identifié les conditions climatiques datant d’il y a des milliers d’années.

Le désert du Néguev, qui recouvre plus de la moitié de la masse continentale d’Israël, est tellement sec qu’une partie reçoit moins de trois pouces d’eau par an. Mais en dessous se trouve l’eau qui soutient les habitants et l’agriculture de la région. Comprendre d’où vient cette source, et sa quantité est essentiel à la sécurité et à l’allocation de cette ressource cruciale.

Leur nouvelle étude,  publiée dans les Actes de l’Académie nationale des sciences, marque la première fois que des scientifiques ont pu utiliser les eaux souterraines pour créer une image de l’eau des climats antiques datant d’aussi loin.Les chercheurs du BGU, dont les professeurs Eilon Adar et Yossi Yechieli, du Département d’hydrologie environnementale et de microbiologie ; Roi Ram à l’ Institut Zuckerberg pour la recherche sur l’eau ; et Naama Avrahamov, hydrologue, collaborent avec l’Université de Chicago et le laboratoire national affilié à Argonne  afin de mieux comprendre le système aquifère, situé sous une grande partie du Néguev et d’autres régions d’Israël.

En combinant la technique pionnière de datation radio-krypton d’Argonne avec d’autres signatures isotopiques de la composition de l’eau, les chercheurs sont non seulement en mesure de dire quand cette eau a été déposée, mais d’où elle provient et les conditions climatiques qui l’ont produite il y a près de 400 000 ans. .

À ce jour, il a été difficile d’obtenir des données fiables sur les précipitations du passé, tout comme la prévision des changements régionaux pour les modèles climatiques actuels. La combinaison des outils isotopes utilisés par l’équipe peut contribuer à résoudre ces problèmes.

«Une eau salubre est essentielle à la survie, et nous devons être en mesure de prévoir la disponibilité de l’eau à mesure que le réchauffement planétaire avance – ce qui dépend de la compréhension de la distribution de l’eau au cours de périodes plus chaudes et plus froides», a déclaré la professeure Reika Yokochi, du Département de géophysique. «Ce projet nous montre que ces outils pourraient être vraiment transformateurs, car ils permettent de suivre le mouvement de l’eau beaucoup plus loin que nous ne l’avions auparavant.»

Alors que les outils continuent de fournir une image plus fiable des événements climatiques passés, tels que les cycles régionaux de l’eau du Néguev, les chercheurs pensent que ces données peuvent servir à calibrer les modèles actuels de phénomènes climatiques similaires.