Résultats encourageants d’une vaste étude menée au Royaume-Uni : le vaccin contre le papillomavirus a permis de prévenir 90 % des cas de cancer du col de l’utérus chez les filles. L’étude a été publiée aujourd’hui (jeudi) dans la revue médicale « The Lancet », l’une des plus prestigieuses au monde et ses éditeurs ont défini les résultats comme « historiques ». Le vaccin contre le virus HPV ( virus du papillome humain) est également administré en Israël dans le cadre de la vaccination systématique dans les écoles de filles et de garçons financées par l’État en huitième année.

On estime que 99% des cas de cancer du col de l’utérus sont causés par le virus du papillome. Par conséquent, l’espoir est que grâce à la vaccination, l’humanité pourra presque éradiquer la maladie.

L’étude britannique a suivi les données de filles en Angleterre pendant 12 ans. Les filles ont été vaccinées en 2008, alors qu’elles avaient 13-11 ans, et ont été comparées à un groupe de référence qui n’avait pas été vacciné. L’étude estime que le vaccin contre le papillomavirus a prévenu quelque 450 cancers au Royaume-Uni et 17 200 autres cas précancéreux. « Le programme de vaccination contre le papillomavirus a presque complètement éradiqué le cancer du col de l’utérus dans le groupe d’âge des filles qui l’ont reçu », ont écrit les chercheurs.

Le Dr Vanessa Saliva, consultante pour le UK Public Health Office, a déclaré : « Les résultats sont étonnants. Il a été démontré que le vaccin sauve des vies en réduisant considérablement le taux de cancer du col de l’utérus chez les femmes. »

Les taux de vaccination en Israël sont faibles par rapport au monde

🟦 ANNONCE 🟦

Le vaccin contre le papillomavirus est entré en vigueur en Israël il y a 8 ans. Le comité du panier de médicaments a approuvé il y a deux ans l’introduction du vaccin actualisé « Gardasil 9 » pour un financement public, et il est administré aux garçons et aux filles de la huitième année dans le cadre de la vaccination systématique dans les écoles. De plus, le vaccin est recommandé pour toutes les femmes jusqu’à l’âge de 45 ans qui n’ont pas été vaccinées à l’âge scolaire.

Les taux de vaccination en Israël contre le VPH sont faibles par rapport au monde. Selon le rapport des services de santé des étudiants du ministère de la Santé, l’année dernière, seulement 50 % des jeunes en Israël ont reçu les deux doses de vaccin contre le VPH.

En Israël, chaque année, environ 1 200 à 2 000 femmes reçoivent un diagnostic de modifications précancéreuses du col de l’utérus. La grande majorité des cas sont dus à une infection par le virus du papillome. Les hommes sont à risque de cancer de l’anus ou du pénis à la suite d’une infection à papillome et peuvent infecter leurs partenaires lors de rapports sexuels.