Un habitant de Hadera a fait ce qui était juste et a payé l’amende qu’il avait reçue deux mois plus tôt. Ce qui est arrivé ensuite est assez surprenant.

Un conducteur surpris par un agent de la circulation qui parlait sur son téléphone portable en conduisant a eu une amende de 1000 NIS mais recevra aussi une indemnisation de l’état de 5 500 NIS.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Il y a six ans, un habitant de Hadera a reçu un rapport de circulation pour avoir utilisé son téléphone portable en conduisant: il doit payer 1 000 NIS. En bon citoyen, V. a payé l’amende deux mois avant la date limite et a reçu une lettre du Centre lui demandant de percevoir les honoraires et les dépenses l’informant qu’il devait payer 500 autres arriérés, car il n’avait pas réglé le rapport à temps.

F. se dépêcha d’aller au bureau de poste de Hadera, où il découvrit que le greffier avait émis à tort un accusé de réception du paiement du rapport au nom d’une autre personne, mais que, dans le courrier, la responsabilité incombait à la police israélienne et affirmait qu’elle était responsable de la publication des amendes. W. a été obligé de payer 1 500 NIS pour éviter de nouvelles demandes.

F., qui est tombé entre les mailles du filet, a décidé de donner une leçon aux autorités et a engagé une action en justice contre elles devant le tribunal des petites créances et a réclamé une indemnité de 11 500 shekels.

Le Centre de recouvrement des créances a affirmé ne pas avoir été informé du paiement et qu’un paiement de 1 000 NIS avait été reçu au nom d’une autre personne.

Nadim Morani a affirmé que le demandeur avait agi comme le ferait n’importe quelle personne raisonnable et qu’il avait payé l’amende à temps. Après que le commis des postes eut commis l’erreur, il s’est tourné vers le centre de perception des impôts et avec l’administration des postes à Hadera.

Le juge a vivement critiqué les accusés qui ne se sont pas donné la peine de trouver une solution adéquate à ses demandes. « Il est regrettable que, malgré le comportement normatif du demandeur et ses appels aux autorités compétentes, l’un d’eux n’ait trouvé aucun remède à sa détresse », a noté le greffier, Morani.

Le Greffier s’étonna du fait que le Centre de recouvrement des créances était au courant de l’existence du problème de W., mais il était pressé de réclamer l’intérêt de 500 NIS sur les arriérés au lieu d’attendre et de tenter de résoudre le problème.

« Le comportement de la défenderesse 1 (l’autorité postale) est encore plus déconcertant, ce qui a créé le problème en raison de la négligence de certains de ses responsables. Il n’a pas non plus tenté de résoudre la détresse du demandeur et l’a jeté en enfer », a souligné le greffier.

Il a décidé que les accusés paieraient la somme de 1 500 NIS pour l’amende et de 4 000 NIS pour le dédommagement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.