Des experts du Cambridge Center for Sports Science and Sports Medicine ont découvert que les gènes jouent un rôle important dans la façon dont notre corps réagit à l’exercice. L’étude a révélé que jusqu’à 72% des différences entre les résultats de différentes personnes faisant le même exercice sont dues à la génétique.

Les scientifiques ont analysé les performances de 3 012 adultes âgés de 18 à 55 ans qui n’avaient jamais pratiqué de sport pour déterminer comment leurs gènes pourraient affecter l’état du corps après avoir effectué trois principaux types d’exercices : exercice pour développer la force musculaire, exercice pour renforcer le cardio – le système vasculaire et la soi-disant « charge anaérobie » – une charge intense de courte durée à vitesse maximale pour augmenter l’endurance du corps et la résistance au stress. Tous les participants ont effectué la même série d’exercices.

Les chercheurs ont découvert que les différences génétiques étaient responsables de 72% des différences de performance entre les personnes effectuant des exercices identiques conçus pour améliorer la force musculaire. Dans le cas de l’exercice cardiovasculaire, les gènes étaient responsables de 44 % des différences. Et 10% des différences ont été trouvées dans les résultats de l’exercice anaérobie. D’autres différences étaient influencées par d’autres facteurs, tels que l’alimentation, l’état de santé et les traumatismes passés.

L’analyse génétique a identifié 13 gènes qui amènent le corps des gens à réagir différemment au même exercice.

L’auteur principal de l’étude, Henry Chang, a expliqué : « Nous savons que l’exercice est bon pour nous, mais nous en bénéficions tous à des rythmes différents, même si nous suivons les mêmes régimes d’entraînement. Notre recherche a identifié 13 gènes qui en sont responsables. Nos corps réagissent différemment à l’exercice car nous sommes différents. Ainsi, il est possible d’augmenter l’efficacité du régime d’exercices en déterminant le génotype, puis en adaptant un programme d’entraînement spécifique spécifiquement pour cela. »

🟦 ANNONCE 🟦

Les chercheurs pensent que les tests génétiques avant l’exercice pourraient devenir une pratique courante à l’avenir, aidant à la fois les patients hospitalisés en réadaptation et les athlètes de haut niveau.