Un vétérinaire qui a pris un bain matinal sur la côte nord d’Israël l’année dernière a vu quelque chose que l’on ne voit pas habituellement au fond de la mer: des hiéroglyphes.

« Je l’ai vu, j’ai continué à nager sur quelques mètres, puis j’ai réalisé ce que j’avais vu et j’ai plongé pour le toucher », raconte Rafi Bahalul. « C’était comme entrer dans un temple égyptien au fond de la Méditerranée. »

Ce que Bahalul, un médecin animalier et artiste de 55 ans de la ville d’Ein Hod, avait trouvé sous l’eau s’est avéré être une ancre de pierre égyptienne de 3400 ans, et une ancre très inhabituelle. L’ancre avait de belles décorations, avec l’image d’une ancienne déesse et également une écriture hiéroglyphique. De toute évidence, il s’était enfoncé dans le sable, ce qui l’a gardé pendant des millénaires jusqu’à ce qu’il soit emporté par la récente tempête.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le vétérinaire a appelé des experts de l’Autorité israélienne des antiquités pour examiner sa découverte, qui a été faite près d’Atlit, une ville près de Haïfa.

Une mystérieuse pierre de l'Égypte de l'âge du bronze trouvée en Israël

«Il s’agissait d’un site connu d’où d’autres découvertes ont émergé, mais nous n’y creusions pas à ce moment-là», explique Jacob Sharvit, chef de l’unité d’archéologie maritime de l’IAA. « Parfois, la mer fait notre travail, et heureusement, un membre du public l’a vue et nous a alertés. »

La pierre a été soulevée de la mer en janvier dernier et est maintenant exposée dans une exposition sur l’écriture égyptienne au Musée d’Israël à Jérusalem.

Sa fonction est assez banale et facilement identifiable: c’était une ancre typique utilisée par les navires pendant l’âge du bronze, qui s’est terminée il y a environ 3200 ans, explique Shirly Ben-Dor Evian, conservatrice de l’archéologie égyptienne au musée. Ces ancres avaient la forme d’un trapèze aux coins arrondis, avec un trou percé près de l’extrémité supérieure pour fixer une corde.

Des ancres similaires de l’époque ont déjà émergé sur la côte est, même au même Atlit. Mais ce qui est unique dans cette ancre, c’est la quantité et la qualité de la décoration, explique le conservateur.

Une déesse du livre

Cependant, l’ancien tailleur de pierre n’a pas décidé de faire une ancre décorative. Il s’agit de ce que les archéologues appellent une utilisation secondaire, essentiellement une forme de recyclage, explique Sharvit.

L’ancre provient probablement d’un relief décoratif plus grand situé dans un temple royal ou une enceinte quelque part en Égypte. Les marques de ciseau qui le séparaient du reste du bloc de calcaire d’origine, coupant l’inscription et lui donnant une forme d’ancrage, sont encore clairement visibles aujourd’hui.

La pierre était un atout précieux dans la vallée alluviale du Nil et il est logique que chaque galet ait été recyclé, quelle que soit l’importance de sa fonction d’origine, explique Ben-Dor Evian. Ce qui soulève la question de l’origine de la pierre gravée et de son objectif initial.

La partie la plus révélatrice de la décoration est l’image ci-dessous qui montre une femme écrivant sur une tablette. Le symbole au-dessus de sa tête l’identifie comme la déesse Seshat, l’ancienne divinité égyptienne de l’écriture, explique Ben-Dor Evian.

Cette déesse n’avait pas de temples séparés qui lui étaient dédiés, mais apparaissait sur les murs d’autres sanctuaires importants, enregistrant les années du règne de Pharaon, prenant note des dépouilles apportées par les campagnes militaires ou aidant le roi à prendre des mesures pour l’établissement de Un nouveau lieu sacré.

« C’était une sorte de scribe divin, bibliothécaire, chargé des archives et de l’ingénierie », explique le conservateur.

L’identification de la déesse est également renforcée par les hiéroglyphes qui accompagnent son image et proclament l’attribut divin traditionnel de Seshat: «Dame de la maison des livres». Parce qu’elle est incomplète, le reste de l’inscription est difficile à déchiffrer, mais Ben-Dor Evian pense que cela peut avoir quelque chose à voir avec l’enregistrement du butin de guerre.

Basé sur le style des hiéroglyphes, il a été sculpté autour de l’ACE du XVe siècle, c’est-à-dire il y a plus de 3400 ans, explique Ben-Dor Evian. Cela aurait été pendant la 18e dynastie, les pharaons qui ont fondé le Nouvel Empire et conduit à l’expansion maximale de l’Égypte ancienne. Ainsi, l’inscription de Seshat aurait pu orner l’un des nombreux reliefs royaux qui ont été placés dans les temples de toute l’Égypte, dit-il. Le temple qui pourrait être est toujours à l’étude.

Tout ce que nous pouvons dire pour l’instant, c’est qu’à un moment donné, le sanctuaire a été rénové, abandonné ou détruit et le relief a été considéré comme obsolète, permettant la réutilisation de la matière première.

Cela a dû se produire même à la fin de l’âge du bronze, c’est-à-dire entre les XVe et XIIe siècles avant JC, car les ancres des périodes ultérieures se sont formées différemment, explique Ben-Dor Evian. Il ne faut donc pas attendre longtemps entre la sculpture du relief et sa réutilisation.

Ce qui est encore plus intéressant, c’est que si la plupart de l’inscription est parfaitement préservée, le visage de Seshat a été clairement ciselé. Mais pourquoi délibérément défigurer uniquement cette partie de l’inscription?

Destruction respectueuse

Une théorie, que Ben-Dor Evian privilégie, est que cela a été fait comme un acte de respect pour la divinité: une sorte d’équivalent pour les chrétiens de décongréger une église avant que le bâtiment puisse être réutilisé à des fins non religieuses.

«Lorsque vous prenez quelque chose de sacré et que vous le réutilisez à des fins profanes, vous devez d’abord le faire non sacré», explique le conservateur. « Vous ne pouvez pas utiliser l’image d’une déesse comme une ancre, alors vous la défigurez et alors elle n’est plus une déesse. »

Un autre scénario possible est que le soulagement de Seshat a été pris du mauvais côté d’une lutte politique ou religieuse et a été victime d’une campagne iconoclaste, dit-il. Cela s’est produit plusieurs fois dans l’histoire de l’Égypte ancienne, pendant les périodes de conflit religieux ou lorsque de nouveaux pharaons ont tenté d’effacer la mémoire et les œuvres de leurs prédécesseurs rivaux.

Il y avait au moins deux de ces cas dans le laps de temps auquel appartient l’ancre. Le premier a eu lieu au XVe siècle avant JC, lorsque Thoutmosis III est monté sur le trône après la mort d’Hatchepsout, sa belle-mère, qui était peut-être le pharaon le plus puissant de l’Égypte ancienne. Son successeur a littéralement décidé d’effacer la mémoire d’Hatchepsout en défigurant ses monuments et en ciselant les cartouches et les images de la reine décédée.

En fait, Sharvit spécule que le navire portant l’ancre aurait pu faire partie de l’une des expéditions militaires Thoutmosis III à Canaan, un territoire qu’il a finalement sécurisé pour l’Empire égyptien lors de la bataille de Megiddo, vers 1456 av.

Une deuxième campagne d’iconoclasme beaucoup plus large a eu lieu au milieu du XIVe siècle avant JC sous le pharaon Akhenaton, qui a rejeté le panthéon polythéiste de l’Égypte et a embrassé un culte quasi monothéiste axé sur le culte du dieu solaire Aton. Au plus fort de sa révolution religieuse, Akhenaton a interdit le culte de tous les autres dieux, y compris Seshat, ordonnant la fermeture de leurs temples et défigurant les statues de la principale divinité égyptienne, Amon-Re.

Les propres images d’Akhenaton et les temples qu’il avait construits pour Atón subiraient une campagne d’iconoclasme similaire une fois que leurs successeurs seraient revenus aux dieux traditionnels.

Si la réutilisation de l’inscription de Seshat a quelque chose à voir avec ces événements historiques, c’est l’une des questions auxquelles les experts espèrent répondre à l’avenir. On peut cependant dire qu’une ancre si richement décorée est une découverte sans précédent, selon Ben-Dor Evian.

La découverte la plus similaire a été une ancre trouvée en 1982 sur la côte de Megadim, juste au nord d’Atlit. Cet artefact provient également d’une gravure égyptienne réutilisée, mais dans ce cas, seules les jambes de deux figures inconnues sont visibles.

Le fait que plusieurs ancres aient été perdues en mer aux alentours d’Atlit ne signifie pas nécessairement que tous les navires qui les transportaient ont coulé. La baie d’Atlit était un point d’ancrage commun pour les navires marchands à l’âge du bronze et il est probable qu’un navire perdait périodiquement une ancre mal fixée ou coincée au fond de la mer, explique Ben-Dor Evian. En fait, nous savons par les vraies épaves de l’époque que les navires ne transportaient des ancres de rechange que pour une telle éventualité.

Cependant, dans le cas de l’ancre Seshat, il est probable que l’ensemble du navire ait été perdu en raison de la présence d’autres découvertes anciennes sur le site, explique Sharvit. L’archéologue marin ne révèle pas ce que sont ces découvertes, affirmant que son unité est toujours en train de parcourir la zone à la recherche d’autres vestiges de l’épave possible.

S’il provenait d’un navire marchand, l’ancre Seshat nous fournirait également des informations sur la nature du commerce international en son temps, explique Ben-Dor Evian.

« À la fin de l’âge du bronze, il y a eu une explosion du commerce, mais il est toujours question de savoir qui a fait tout le commerce, que ce soit les Égyptiens eux-mêmes ou, disons, les Cananéens autorisés par les Égyptiens », dit-il. « Cette découverte identifie clairement au moins certains des marchands comme des Égyptiens qui étaient sous le contrôle direct des pharaons, car sinon ils n’auraient pas eu accès aux pierres d’un site sacré d’où proviendrait ce soulagement. »

L’ancre est prêtée par l’Autorité des Antiquités d’Israël au Musée d’Israël dans le cadre de l’exposition «Emoglifos», qui enseigne aux visiteurs l’écriture de l’Égypte ancienne en soulignant les parallèles entre les hiéroglyphes et leurs descendants numériques désormais omniprésents, les Emojis. L’échantillon se tiendra jusqu’au 12 octobre et on ne sait pas encore où l’ancre sera exposée après l’exposition.

Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://rakbeisrael.buzz/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://rakbeisrael.buzz/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]

Abonnez vous à notre Newsletter à Infos-Israel.News

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !