Jérusalem a mis au jour les restes d’un mur d’enceinte de l’âge du fer, construit à l’époque du Premier Temple, conçu pour protéger Jérusalem contre les attaques de l’est, a rapporté mardi l’Autorité des antiquités d’Israël.

L’AAI mène les fouilles en collaboration avec la City of David Foundation, dans le cadre du processus de développement du parc.

Selon les directeurs des fouilles, le Dr Filip Vukosavović, du Centre de recherche de l’ancienne Jérusalem, et le Dr Joe Uziel et Ortal Chalaf au nom de l’IAA, le mur d’enceinte mis au jour protégeait Jérusalem d’un « nombre d’attaques pendant le règne des rois de Juda. , jusqu’à l’arrivée des Babyloniens, qui ont réussi à la percer et à conquérir la ville.

« Les restes des ruines peuvent être vus dans les fouilles archéologiques. Cependant, tout n’a pas été détruit et des parties des murs, qui ont résisté et protégé la ville pendant des décennies et plus, restent debout à ce jour », ont déclaré les archéologues.

La section nouvellement excavée du mur relie deux segments précédemment excavés sur le versant oriental. Dans les années 1960, l’archéologue britannique Kathleen Kenyon a découvert une section du mur dans la partie nord de la pente et l’a datée de l’époque du royaume de Juda.

🟦 ANNONCE 🟦

Environ une décennie plus tard, l’archéologue Yigal Shiloh a creusé une longue section du mur lors de fouilles dans la partie sud de la pente. Au fil des ans, des doutes ont été émis quant à savoir si ces édifices en pierre étaient des vestiges des remparts de l’ère du Premier Temple. Cependant, la nouvelle section semble prouver que les restes faisaient tous partie du mur qui défendait autrefois l’ancienne Jérusalem.

La reconstruction des sections déterrées lors des fouilles du début du XXe siècle a permis aux chercheurs de retracer près de 30 mètres (98 pieds) du mur survivant jusqu’à une hauteur de 2,5 mètres (huit pieds) et une largeur allant jusqu’à cinq mètres (16,4 pieds).

Dans 2 Rois 25 :10 , la Bible décrit ainsi la conquête babylonienne de la ville : « Toute l’armée babylonienne sous le commandement de la garde impériale a fait tomber les murs autour de Jérusalem.

Mais il semble que la partie orientale du mur ait résisté à l’attaque babylonienne, peut-être en raison de la nature escarpée du versant oriental de la Cité de David, qui s’incline vers la vallée du Cédron à un angle de plus de 30 degrés.

🟦 ANNONCE 🟦

Des preuves de la destruction babylonienne peuvent être vues dans un bâtiment qui se tenait à côté du mur, qui contenait des rangées de pots de stockage qui ont été brisés lorsque le bâtiment a brûlé et s’est effondré. Les anses des jarres étaient estampillées de rosaces, symboles associés au royaume de Juda. On a également découvert un sceau de pierre babylonien portant les symboles de deux dieux babyloniens, Marduk et Nabu. À proximité, les archéologues ont trouvé une bulle (une empreinte de sceau faite en argile) qui portait le nom judéen « Tsafan ».

Les dernières découvertes des fouilles en cours devraient être présentées en octobre lors de la conférence de l’IAA, « Nouvelles études sur l’archéologie de Jérusalem et de sa région ».

Cet article est paru pour la première fois dans Israel Hayom .



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News