Le biologiste de l’Université Ben Gurion, Itzik Mizrahi, et d’autres scientifiques internationaux ont découvert que le microbiome de vaches peut être manipulé pour réduire les émissions de méthane et améliorer le rendement et la qualité du lait mais aussi réduire les niveaux de gaz à effet de serre.

Ce n’est pas seulement une bonne reproduction et une herbe savoureuse qui font de la vache laitière un producteur de lait champion. Ce sont aussi les bactéries qui vivent dans les intestins de l’animal. Maintenant, les chercheurs disent qu’ils savent quels bacteries mènent au meilleur lait.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les résultats suggèrent de nouvelles façons d’améliorer le lait et de réduire les émissions de méthane des vaches – une source majeure de gaz à effet de serre – déclare Diego Morgavi, spécialiste des sciences animales à l’Institut national de la recherche agricole de Clermont-Ferrand-Theix, qui ne participait pas au projet.

Les vaches et autres ruminants tels que les chèvres et les moutons ont un estomac spécial appelé rumen qui abrite des millions de bacteries. Ces organismes décomposent le foin, l’herbe et d’autres matières végétales difficiles à digérer en nutriments et en calories utilisables. L’inconvénient est que les ruminants rôtissent et pétent 100 millions de tonnes de méthane généré par des microbes chaque année dans le monde, ce qui en fait le deuxième plus gros contributeur humain de ce gaz à effet de serre, après la culture du riz.