Une nouvelle étude a révélé que des anticorps contre le SRAS-CoV-2 sont présents dans 40% des cerfs de Virginie dans quatre États américains, suggérant que les cerfs de ces régions ont été exposés au virus. L’étude n’a pas encore été évaluée par des pairs.

Selon une nouvelle étude, des anticorps contre le virus qui cause la maladie COVID-19 chez l’homme, le SRAS-CoV-2, ont été trouvés chez 40% des cerfs de Virginie de quatre États des États-Unis.

Les cerfs ont été choisis car ils ont tendance à se trouver à proximité des zones urbaines et ont également un récepteur appelé ACE2, qui est le pivot moléculaire par lequel le virus pénètre dans le corps humain.

L’étude a été menée par des chercheurs du National Wildlife Research Center, qui fait partie du Service d’inspection de la santé animale et végétale du département américain de l’Agriculture (USDA).

Les chercheurs ont analysé des échantillons de sérum prélevés sur 385 cerfs de Virginie de Pennsylvanie, du Michigan, de l’Illinois et de New York. Sur 154 cerfs, près de 40% se sont avérés avoir des anticorps contre le SRAS-CoV-2.

🟦 ANNONCE 🟦

Les premières traces des anticorps sont apparues en janvier 2020, ce qui correspond au début de la propagation du virus aux États-Unis.

La présence d’anticorps ne signifie pas nécessairement que les cerfs ont contracté le virus ou qu’ils peuvent le transmettre à l’homme.

Des études supplémentaires à la recherche d’ARN viral devraient être effectuées pour le déterminer.

Pourtant, les chercheurs recommandent de prendre des précautions supplémentaires pour ne pas toucher ou approcher les animaux sauvages.

🟦 ANNONCE 🟦

Les chercheurs craignent également que si le virus se trouve effectivement dans les cadavres de cerfs, cela pourrait conduire à de nouvelles mutations qui pourraient atteindre les humains.

Le SRAS-CoV-2 peut infecter plusieurs espèces d’animaux domestiques et sauvages, mais jusqu’à présent, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis n’ont pas mené de tests à grande échelle sur la faune sauvage, en raison du manque de données de recherche précises et scientifiques.

Des études ont jusqu’à présent montré que certains petits mammifères, comme les souris sylvestres et les mouffettes, peuvent contracter le virus, et certains, comme les visons, peuvent infecter les humains, selon l’enquête de Philadelphie. Cependant, d’autres espèces dans les mêmes circonstances n’ont pas pu propager le virus.

Les chercheurs espèrent qu’une fois révisée, l’étude pourrait favoriser de nouvelles recherches de ce type qui élargiront les connaissances des scientifiques sur le virus.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News