24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

Depuis quelques années, de plus en plus d’organisations rabbiniques proposent aux Juifs de « vendre leur hametz » en ligne. Ensemble, ces organisations traitent chaque année l’équivalent de centaines de milliards de dollars de nourriture.

Le grand rabbinat vend à lui seul 150 milliards de dollars de hametz à un résident non juif d’Abu Ghosh. L’immensité de ce nombre, ainsi que les emplacements dispersés du hametz et la nomination désormais virtuelle de l’agent rabbinique, amènent certains à s’interroger sur la légalité de la vente. Cette transaction de masse n’est cependant que la dernière étape dans l’histoire du mechirat hametz, la vente de pain juif à des non-juifs avant la Pâque .

Au-delà de l’interdiction de consommer du pain, la Torah interdit à deux reprises de posséder du hametz (Exode 12:19, 13:7). Pour respecter ces commandements, il faut renoncer à toutes les revendications de propriété du hametz ( bitul ) et les retirer de sa possession physique ( bi’ur ). Pour atteindre ce dernier objectif, on peut soit consommer ou brûler le hamets, soit le donner, de façon permanente, à un non-juif.

Une source de l’Antiquité, cependant, parle d’un cas où un juif peut donner du hamets à un non-juif et le récupérer après la Pâque. Si une personne est coincée sur un bateau et aura besoin de rations de pain après les vacances, elle peut vendre sans condition son hametz à un non-juif, ou demander au non-juif d’acheter des rations supplémentaires pendant les fêtes, avec la compréhension implicite que le non -Juif lui vendra le hametz après la fête. Alors que les rabbins considéraient cette vente comme tout à fait légitime, il s’agissait clairement d’un cas de besoin urgent (sha’at dechak).

Certains décideurs médiévaux interdisaient ces ventes lorsqu’elles étaient faites dans le but sournois d’éviter de respecter la loi (ha’aramah). Le rabbin Yom Tov ibn Asevilli (XIVe siècle, Espagne), par exemple, a explicitement interdit les ventes annuelles, las des Juifs qui tentaient régulièrement de contourner ces interdictions bibliques.

🟦 ANNONCE 🟦

Deux décideurs majeurs, cependant, ont défendu la vente annuelle de hametz aux non-juifs. Les rabbins Israel Isserlein (14e siècle, Allemagne) et Yossef Karo (16e siècle, Safed) ont tous deux statué que tant que l’on remplit les conditions techniques des transactions, la vente reste valable, même s’il était entendu que le gentil revendrait le hametz en retour après les fêtes. Cependant, les deux ont exigé que l’on retire le hamets de sa maison afin de respecter le protocole de vente approprié. Certains juifs continuent aujourd’hui de se conformer à cette exigence, apportant leur hametz à un endroit que le non-juif possède.

Tout cela est resté pratique à des époques sans réfrigérateurs ni conservateurs alimentaires lorsque les Juifs possédaient une quantité minimale de hametz qui resterait comestible après les vacances. Pourtant, à la fin du XVIe siècle, les Juifs polonais sont entrés dans l’industrie de l’alcool et il était impossible de débarrasser leurs grands entrepôts de tout hametz. Relevant ce défi, le rabbin Yoel Sirkes (1561-1640) a utilisé plusieurs mécanismes juridiques qui permettraient à la transaction d’avoir lieu sans obliger les propriétaires de l’entreprise à retirer le hametz de leurs locaux.

BIEN QUE CES transactions à grande échelle aient été initialement destinées aux entreprises, elles ont rapidement été utilisées pour les propriétaires individuels, la Pâque Haggadot fournissant parfois des formulaires et des instructions. Certains chercheurs ont soulevé des objections fondamentales à ce phénomène, jugeant inapproprié d’utiliser une échappatoire juridique pour éviter les pertes financières relativement minimes des particuliers. D’autres problèmes sont apparus lorsque des personnes ont commis des erreurs dans les subtilités de la transaction.

Ainsi, depuis plus d’un siècle, la plupart des gens ont nommé un rabbin comme agent pour vendre leur hametz la veille de la Pâque, lui fournissant l’emplacement de leur hametz et sa valeur estimée.

🟦 ANNONCE 🟦

L’utilisation d’un intermédiaire a rendu ces transactions plus courantes mais aussi plus indirectes, ajoutant ainsi une opposition supplémentaire à ces ventes. De nombreuses personnalités rabbiniques, allant de l’autorité lituanienne du XVIIIe siècle Vilna Gaon à des personnalités plus récentes comme le rabbin Joseph Soloveitchik, ont encouragé les gens à ne pas utiliser ce mécanisme, notamment pour vendre du pain à part entière (hametz gamur). Leurs préoccupations variaient, certains s’inquiétant du bien-fondé de la transaction et d’autres s’interrogeant sur la pertinence d’utiliser des vides juridiques.

Cependant, des personnalités rabbiniques majeures comme les rabbins Moshe Sofer et Moshe Feinstein ont défendu avec justesse ces ventes comme étant à la fois valides et légitimes. Tous s’accordent cependant à dire que les vendeurs doivent prendre ces ventes au sérieux pour concrétiser la transaction.

Compte tenu de ce contexte historique, certaines personnes craignent que remplir un formulaire mechirat hametz en ligne soit en quelque sorte plus problématique. Je crois que cette idée fausse découle d’une incompréhension fondamentale du processus. Que l’on remplisse un formulaire en ligne ou que l’on signe un papier dans sa synagogue, on fait le même acte légal : nommer le rabbin déclaré et ses représentants pour vendre leur hametz.

À notre époque, où les formulaires en ligne sont fréquemment utilisés à la place des documents papier, je ne vois aucune raison de considérer ce mécanisme comme une méthode de nomination moins légitime. En fait, de nombreux formulaires en ligne expliquent mieux le processus tout en offrant un moyen systématique au rabbin et à l’acheteur non juif de suivre toute la marchandise.

Certes, il y a quelque chose de bien dans l’interaction humaine que procure la rencontre avec son rabbin avant la Pâque. (De plus, historiquement, lorsque les rabbins n’avaient pas de salaire fixe, c’était le moment pour les membres de la communauté de fournir un soutien pour sa subsistance matérielle.) Pourtant, étant donné les préparatifs mouvementés nécessaires avant les vacances, fournir des alternatives pratiques aux rabbins et aux membres de la communauté est un défi. cas de progrès technologique. ■

L’auteur est le co-doyen de la Tikvah Online Academy et l’auteur de A Guide to the Complex: Contemporary Halakhic Debates.

 

Apres plus de 10 années sur le Net, la société de médias Alyaexpress-News qui gère les sites Infos-Israel.News, Rak Be Israel, CQVC, et Ougasheli pourrait fermer d'un jour à l'autre.

NOUS N'AIMONS PAS DEMANDER DE DONS A NOS LECTEURS, NI RENDRE NOS ARTICLES PAYANTS COMME DE NOMBREUX SITES AUJOURD'HUI. MAIS NOUS SOMMES FACE AU MUR ! 

C'est un travail de tous les jours, avec une information réactive à l'actualité, nous aimons ce que nous faisons car notre seul objectif est de défendre Israel et d'informer notre public francophone , mais nous n'arrivons plus à boucler le paiement des charges depuis le début de cette satané pandémie et nous avons besoin d'une aide (même petite) mais régulière ! Aidez nous !

POUR UN DON LIBRE

 

POUR UN DON MENSUEL 

 

Merci à tous. Toute l’équipe d'Infos Israel.News.

 

SUIVEZ L'INFORMATION EN CONTINUE AUSSI SUR NOS SITES CQVC.ONLINE, ALYAEXPRESS-NEWS ET RAKBEISRAEL

(Cliquez sur le nom du site pour découvrir d'autres infos inédites)