24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

De nombreux parents évitent de parler de sexe et de sexualité avec leurs adolescents, laissant essentiellement leurs enfants seuls devant un sujet sur lequel ils se posent beaucoup de questions.

Des cartes avec différents sujets écrits dessus sont éparpillées dans la salle, et je demande aux adolescents que je guide de choisir un sujet. Les réponses à ma question sont presque toujours les mêmes : ils veulent poser des questions sur la masturbation, sur la sexualité et le sexe , sur la pornographie et les agressions sexuelles. Je suis sûr que de nombreux parents qui lisent ces lignes se recroquevillent maintenant sur une chaise, ou peut-être même poussent-ils un soupir de soulagement. « Waouh », pensent-ils, « ça m’embarrasse aussi » ou « Je ne sais vraiment pas quoi dire ».

Même pour des parents très impliqués, parler de sexualité est encore tabou, un sujet qu’on a peur d’aborder. Les défis émotionnels des jeunes d’aujourd’hui sont plus grands que jamais, et discuter de questions liées à la sexualité nous oblige souvent à être dans une position exposée et vulnérable, parfois hésitante.

De nombreux parents sont confus et impuissants face aux nombreuses complexités de leurs enfants concernant les problèmes liés au développement physiologique de l’apparence, aux réseaux sociaux, à l’exposition au contenu sexuel, aux expériences sexuelles et plus encore. Lorsque les parents manquent de connaissances, ils ont tendance à laisser ce rôle important à d’autres personnes comme un conseiller d’école secondaire, un éducateur ou même un groupe de pairs. Nous ne savons pas comment et quand intervenir, ni quoi dire exactement.

Même si nous choisissons de parler de sexualité, cela aura généralement lieu « sans choix » – au pire, si votre adolescent est agressé sexuellement, ou autour de premières relations. Au mieux, c’est une conversation sur l’importance d’avoir des rapports sexuels protégés et l’intention d’utiliser la contraception. Cette discussion est principalement technique et n’aborde certainement pas l’éventail des complexités émotionnelles d’avoir des relations sexuelles. La protection, à la fois émotionnelle et physique, devrait être une question principale de discussion, bien sûr.

🟦 ANNONCE 🟦

Parler de sexualité devrait commencer dès le plus jeune âge. Bien sûr, pour chaque âge, l’accent et l’attitude sont différents, mais plus tôt nous apprenons à nos enfants à connaître leur corps, à l’aimer et à respecter leurs propres limites et celles des autres, moins nous risquons qu’ils se blessent et nous augmentons leurs chances d’une expérience naturelle, sûre et saine.

Messages de l’enfance
Notre comportement sexuel est un produit de notre environnement. Les messages que nous recevons depuis l’enfance de la maison et de la société façonnent en grande partie la façon dont nous grandissons pour nous rapporter à notre corps et à notre sexualité : aux messages que nous entendons. Pour les parents, il est crucial que nos enfants développent une relation positive avec leur corps et celui de l’autre, et que leur sexualité soit vécue comme une source positive de plaisir et de jouissance, ou avec honte et peur. Un exemple qui peut aider et illustrer cela est le langage que nous appelons nos organes génitaux.

Arrêtez-vous un instant et réfléchissez : comment appelez-vous vos organes génitaux ? Est-ce « pénis » ou « vagin », ou peut-être un autre mot ? Quelles significations en découlent, et est-ce le même nom par lequel nous appelons les organes génitaux de notre garçon ou de notre fille ? Si non, à quel âge change-t-il et pourquoi ?

Cela peut sembler un exemple marginal, mais il est important d’essayer de comprendre notre relation avec notre sexualité et comment nous la communiquons à nos enfants. La façon dont nous choisissons de parler (ou de ne pas parler) des organes génitaux peut faire allusion aux messages cachés qui les traversent. S’agit-il de messages de dissimulation et de honte ? Peut-être d’affection ? Peut-être même respecter ? Qu’est-ce que les enfants comprendront à propos de leurs organes sexuels ? Et plus important encore – qu’en déduiront-ils de la communication avec leurs parents ?

🟦 ANNONCE 🟦

Parler de sexualité ne se concentre pas sur les organes génitaux, bien sûr. Notre sexualité est composée d’une variété de caractéristiques biologiques, sociales et émotionnelles. Le discours sur la sexualité est une discussion sur les limites, le toucher et l’intimité, sur la gestion des émotions, du corps, des tendances et des identités, etc. C’est donc une conversation qui se déroule à mesure que nos enfants grandissent. Leur curiosité et leur expérience innocente changent et ils veulent plus de clarté. La sexualité commence à se connecter avec le plaisir, le fantasme et l’attirance pour l’autre. Comme on le sait, les choses commencent à se compliquer, et en l’absence d’un adulte significatif qui dirigera et médiatisera les nombreux messages sexuels qui les inondent de toutes parts, les expériences naturelles et saines peuvent prendre un ton inapproprié, voire offensant.

Apprenons ensemble
De nombreux parents ont peur d’être perçus comme « non préparés » et n’engagent donc pas cette conversation. Mais que cela nous plaise ou non, à un moment donné, nous devons faire face à des questions qui se posent, nous devons donc faire des recherches et disposer d’informations cohérentes. C’est vrai, nous n’avons pas et n’aurons pas les réponses à toutes ces questions et il y a des problèmes sur lesquels nous sommes encore confus, mais c’est l’occasion d’étudier ensemble. Les adolescents que je rencontre sont confus, débordés et assoiffés d’informations et de conseils. N’aimerions-nous pas être leur adresse pour toute question ou difficulté ?

Même si nous n’avons pas toujours les réponses, notre objectif est de les aider à atteindre une source fiable qui leur donnera les outils et les connaissances dont ils ont besoin. Lorsque nous ne parlons pas à nos enfants, nous les laissons seuls et intériorisons tous les messages problématiques que nous voulons conjurer, de l’image corporelle négative aux pratiques sexuelles violentes et abusives. Lorsque nous leur transmettons que nous sommes également là pour eux sur ces questions, nous étendons également un réseau de protection et de sécurité pour eux, mais aussi leur montrons que parler de sexualité est naturel et qu’il est important que ce soit ouvert. Que vont-ils en apprendre sur la conduite dans leurs relations ?

Il est possible de briser la barrière de l’embarras

Maintenant, je demande aux ados que je dirige quels sujets ils veulent aborder. Devinez quelles cartes les garçons et les filles choisissent maintenant ? C’est vrai, exactement les mêmes choses; les sujets qui les préoccupent vraiment sont aussi ceux dont ils ne veulent pas nous parler. De nombreux parents seront surpris de constater que lorsqu’ils franchissent la barrière initiale de l’embarras, cela crée une opportunité de communication intime et spéciale qui donne à nos garçons et à nos filles le sentiment qu’il y a quelqu’un à qui faire confiance, que la porte ne leur est pas fermée au nez et que nous sommes une adresse de réflexion et de consultation partagées.

Rappelez-vous que parler de sexualité, c’est parler de valeurs. Tout comme nous voulons apprendre à nos enfants à agir avec compassion et sensibilité et à agir avec esprit critique, de même dans le domaine sexuel, nous voulons les éduquer à s’écouter et à écouter les autres, et à promouvoir leur protection et celle de l’environnement.

La sexualité est une chose naturelle et merveilleuse. C’est un monde entier et merveilleux à découvrir et il invite à des sensations excitantes et agréables et à des expériences amusantes. En tant que parents, nous avons la responsabilité d’aider nos adolescents à mettre des limites aux bons endroits afin qu’ils puissent explorer et vivre avec plaisir et en toute sécurité.

L’auteur est mère de deux enfants et consultante, développeuse de contenu et éducatrice pour une sexualité saine et l’égalité des sexes.



Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !