Une équipe de recherche internationale dirigée par le professeur israélien Itzhak Mizrahi du département des sciences de la vie de l’Université Ben Gurion et de l’Institut national de biotechnologie du Néguev (NIBN) a révélé que des gènes de vache peuvent être utilisés pour contrôler les microbiomes du rumen afin de réduire des gaz à effet de serre que les animaux émettent.

Les résultats ont de profondes implications pour les producteurs de lait et de bœuf qui tentent de réduire la contribution de leur industrie au changement climatique, tout en renforçant les efforts des producteurs laitiers pour maintenir ou améliorer l’efficacité de la production laitière tout en préservant la sécurité des produits.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

L’étude, sur 1 016 vaches réparties en Italie, en Finlande, en Suède et au Royaume-Uni, a montré qu’un petit nombre de microbes héréditaires déterminés par l’hôte contribuent de manière significative à l’explication des variables expérimentales et des phénotypes de l’hôte. Ils prévoient que cela conduira à des programmes de sélections en génétique dirigés par un microbiome afin de fournir une solution durable pour accroître l’efficacité et réduire les émissions provenant du bétail ruminant.

«Nos résultats constituent à la fois une avancée majeure pour la science fondamentale et auront un impact positif sur deux défis majeurs auxquels la communauté internationale sera confrontée dans un avenir proche: le changement climatique et la sécurité alimentaire», a déclaré Mizrahi,

«Même à l’heure actuelle, la planète produit de la viande et des produits laitiers à un rendement maximal. Ce problème ne fera qu’empirer dans les décennies à venir: d’ici 2050, le monde comptera environ 9 milliards d’habitants. Cela signifiera une grave crise de la nutrition protéique », a-t-il ajouté.

Il y a environ 1,5 milliard de vaches et de taureaux dans le monde. Une vache libère en moyenne entre 70 et 120 kg de méthane par an. Le méthane est un gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone (CO2), mais son effet négatif sur le climat est 23 fois plus important que celui du CO2. L’agriculture a un impact majeur sur le réchauffement climatique.

«Nous espérons être en mesure d’accroître l’efficacité de la production tout en réduisant les émissions de méthane. Il serait difficile de penser à un «gagnant-gagnant» plus important pour la planète », a ajouté le professeur Mizrahi.

Les chercheurs estiment que, bien que l’étude se concentre sur deux races laitières bovines, les résultats seront probablement applicables aux animaux de boucherie et aux autres espèces de ruminants.

«Compte tenu de la grande importance de l’alimentation dans les performances et de la composition du microbiome du rumen, de tels programmes devraient prendre en compte les régimes d’alimentation probables. Dans ce contexte, le suivi de l’impact prédictif global des microbes héréditaires associés aux traits identifiés sur les indices de production devrait permettre de créer une industrie de l’élevage de ruminants plus efficace et plus respectueuse de l’environnement », indique l’étude.