Dans le tableau d’ouverture de la saison, le pinceau d’Akiva Shtisel tourbillonne dans sa palette, alors qu’il se prépare à peindre le portrait de sa femme qui le regarde avec amour. Un instant plus tard, le cri insistant de son bébé accentue l’immobilité. Il supplie sa femme de ne pas bouger: l’art passe avant la vie, semble-t-il dire.

Plus tard, lors d’un flash-back de leur nuit de noces, lorsqu’ils entrent dans son nouvel appartement en tant que mari et femme, Akiva ne la laisse pas enlever sa robe de mariée jusqu’à ce qu’il ait une chance de la capturer telle qu’elle est, à ce moment précis.

Il sourit avec indulgence. «La vie est courte», dit-il.

«La vie est infinie», répond-elle.

Il s’avère qu’il a raison et qu’il a tort. Dans le plan suivant, le tableau de sa mariée est rapidement remplacé par un tableau d’elle dans sa robe de mariée. Maintenant, il est suspendu dans une galerie, avec beaucoup d’autres, mais nous découvrons bientôt qu’il est mort quelques mois après avoir été peint. Nous sommes frappés par le sentiment obsédant qu’elle est tragiquement partie et, en même temps, est vivement présente.

🟦 ANNONCE 🟦

Cette dichotomie imprègne toute la saison. Dans un épisode ultérieur, Yosa’le, le jeune neveu d’Akiva, se promène avec sa future épouse dans un musée et elle lui dit que son père est en train de mourir. Elle explique qu’elle échangerait volontiers des années de sa propre vie s’il pouvait vivre plus longtemps. Conscients des cruelles limitations du temps, ils s’arrêtent devant une exposition de papillons cloués sous verre. Les papillons ne vivent qu’un jour, lui dit Yosa’le, mais ici, au musée, on leur donne «la vie éternelle». C’est le don de tout art: préserver pour toujours les beautés les plus fragiles et les plus éphémères de ce monde.

L’art est partout dans cette saison de «Shtisel». Un personnage travaille dans une station de musique classique où il joue des symphonies séculaires dont le pathétique peut encore nous émouvoir. Pendant ce temps, dans une méta-torsion glorieuse, un autre personnage se retrouve à livrer de la nourriture à un plateau qui filme une émission sur la vie ultra-orthodoxe. Il regarde les acteurs laïques et leurs fausses barbes avec amusement, et nous devons nous rappeler qu’il est aussi un acteur laïque avec une fausse barbe qui joue un personnage dans une émission.

Depuis la première saison de l’émission, «Shtisel» a enquêté sur la question de savoir où l’art se termine et où la vie commence. Dans l’un des moments culminants et poignants de la saison # 1, nous découvrons que la matriarche de la famille Shtisel a dit tehillim (psaumes de guérison) pour les personnages de longue date de ses feuilletons américains. Pour elle, ces personnages sont aussi réels que les membres de sa propre famille en chair et en os pour lesquels elle prie également.

Le charme de l’art est fort non seulement parce qu’il capture de manière vivante ce qui est profond et vrai dans la vie, mais parce qu’il n’est pas à la merci du temps. La vie elle-même ne s’arrête ni n’attend, il faut agir de manière décisive ou, en un instant, tout peut être perdu. Telle est la nature de la vie et du temps. Mais pas de l’art.

🟦 ANNONCE 🟦

Dans l’avant-dernière scène de la saison, le père d’Akiva, Shulem, cite un autre artiste, l’écrivain emblématique Isaac Bashevis Singer, qui suggère que « les morts ne vont nulle part … Ils sont tous ici tout le temps ». Ceci est suivi d’un sort vivant, possible uniquement à travers l’art. Tous ceux qui sont morts, les épouses et les mères, les pères et les grands-parents, tous les êtres chers perdus qui manquent désespérément aux personnages, remplissent soudain le cadre, s’assoient à la table comme pour un repas normal, passant la challah et les cornichons, en riant et parler. Désormais, les morts et les vivants sont côte à côte avec le même sens de la réalité. C’est un tour de magie que seul l’art peut réaliser.

Mais ce n’est pas la fin. Le dernier cadre est réservé à un «portrait» final de femme. Pendant sa dangereuse grossesse, Ruchami écrit des lettres à son bébé à naître. Désormais, contre toute attente, elle et son fils survivent. Il y a une sorte d’émerveillement en ce moment, car chaque personne autour d’elle est douloureusement consciente de la mortalité de Ruchami, de la fragilité de son existence et de celle de son fils. Elle s’assoit entre eux, rayonnante et pleurant, son bébé dans ses bras.

En ce moment, pour la première fois dans la série, un personnage regarde directement la caméra comme s’il savait qu’il était filmé. Ce faisant, il devient exactement comme l’un des portraits poignants d’Akiva Shtisel. Alors qu’elle regarde intimement dans les yeux du spectateur, nous invitant à la rejoindre dans ce moment humain vulnérable, nous nous rendons compte que toute la série «Shtisel» a accompli l’exploit artistique ultime de clouer des papillons sous verre. Il a capturé la vie, réelle et vivante, émouvante et complexe, remplie de joie douloureuse et de tristesse. Regardez, il dit: c’est la vie. C’est court. C’est sans fin.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News