Le mari d’Einat (un pseudonyme), âgé de 50 ans et originaire du nord du pays, avait l’habitude de jouer régulièrement à la loterie pendant des années et s’était toujours assuré de remplir les formulaires avec les mêmes numéros. Même sa femme ne connaissait pas la signification des numéros chanceux de son mari, mais même lorsqu’il venait d’avoir une maladie grave, il lui avait demandé, avant son décès, de continuer à renseigner ces chiffres.

Et c’est ce qu’elle a fait. Même avant la loterie du 29 juin, Einat avait fourni les chiffres habituels qu’elle connaissait déjà par cœur, mais elle ne s’attendait certainement pas à ce qui s’était passé cette fois. Il est possible de dire que ce n’est qu’une coïncidence. On peut dire que cela vient du ciel, ou peut-être même que son mari l’a aidée, mais quand Einat a vérifié le formulaire qu’elle avait rempli, elle a constaté que l’insistance sur les numéros fixes avait porté ses fruits: «Je me suis rendue à mon stand habituel. Il s’avère que les chiffres que son mari a remplis au fil des ans ne lui ont pas permis d’obtenir des résultats, mais lui ont valu, après sa mort, le premier prix et 4 millions de shekels.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Einat a déclaré qu’elle se dépêchait d’allumer une bougie à la mémoire de son mari et qu’elle était venue quelques jours plus tard pour récupérer le prix auprès du Mifal Hapayis. « Je ne sais toujours pas ce que je vais faire avec l’argent », a t’elle déclaré. « Mais pour commencer et grâce à mon défunt mari, je vais commencer à écrire un rouleau de la Torah pour lui. »

Einat n’est que l’une des nombreuses personnes qui remplissent régulièrement les mêmes numéros de loterie pendant des années, et il s’avère qu’elle n’est pas la seule à avoir porté ses fruits. Moshe, un électricien indépendant âgé de 60 ans, a également remporté à Pessah pas moins de 12 millions de NIS en remplissant un billet de loterie qu’il avait acheté pour 40 NIS. Après sa victoire, il a déclaré qu’il remplissait depuis lors ces numéros chanceux : « Je n’ai pas perdu espoir depuis 34 ans. J’ai insisté pour continuer à remplir les mêmes numéros »