La commission des finances a introduit des modifications mineures au décret fiscal sur les boissons sucrées et il a été approuvé . L’arrêté prendra effet le 1er janvier 2022, et en vertu de celui-ci, une taxe d’un shekel sera prélevée sur chaque litre de boisson sucrée industrielle, et une taxe de 70 agorot par litre de boisson diététique. La décision devrait augmenter les recettes fiscales de l’État de 380 millions de shekels par an.

Les principaux changements introduits par le comité sont l’exclusion de la boisson au jus de raison, qui est une boisson sucrée mais sa consommation est liée aux coutumes religieuses et ne devrait pas être affectée par l’imposition de la taxe. De plus, il a été décidé de supprimer la taxe sur le jus de citron contenant moins de 5 grammes de sucre pour 100 ml de boisson.

Il a également été décidé qu’une partie de l’argent qui irait dans les caisses de l’État provenant de la taxation des boissons sucrées serait utilisée pour lutter contre l’obésité et le diabète. Ainsi, 80 millions de shekels iront au plan gouvernemental de réduction de la consommation de sucre et 40 millions de shekels aux caisses de santé, « afin qu’elles puissent mieux s’occuper de la prévention et du traitement du diabète et de l’obésité ».

Lors des délibérations, des pressions ont été exercées sur les membres du comité, entre autres, pour réduire la taxe sur les boissons diététiques, reporter l’entrée en vigueur du décret ou encore rendre la hausse de la taxe graduelle. Ces changements n’ont pas été acceptés et le comité a en fait laissé la taxe intacte, à l’exception des changements mineurs ci-dessus.

L’arrêté impose sur les boissons contenant au moins 5 mg de sucre pour 100 ml de boisson une taxe d’achat de 1 NIS par litre de boisson, de 6 NIS par litre de concentré et de 6 NIS par kilogramme de poudre. Pour 100 ml, les jus de fruits et les boissons avec un édulcorant sans sucre – une taxe d’achat de 0,7 NIS par litre de boisson, 4,2 NIS par litre de concentré et 4,2 NIS par kg de poudre sera facturée. En outre, l’ordre comprend une taxe sur les stocks détenus par les commerçants au-delà de 10 000 NIS en taxe.

🟦 ANNONCE 🟦

« Après avoir examiné toutes les positions présentées ici, la situation et l’énorme morbidité du diabète et de l’obésité chez les adultes et les enfants peuvent être ignorées, mais nous n’en sommes pas là », a déclaré le président de la commission des finances, le député Alex Kushnir. « Nous visons à améliorer la situation et à rendre nos enfants moins malades avec la maladie. Par conséquent, la taxe sur les boissons sucrées restera à 1 NIS par litre, sur les boissons diététiques et sucrées, la taxe restera à environ 0,7 NIS par litre.  » .