24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

Le gouvernement a alloué 33 millions de shekels, sous forme de primes, à des médecins expérimentés qui accepteront de travailler pendant six ans dans des établissements médicaux situés à la périphérie. Il s’agit principalement des spécialistes dont la médecine israélienne a besoin, en particulier des hôpitaux éloignés du centre du pays.

Le ministère de la Santé a publié le 1er avril les critères de sélection des spécialistes qui recevront un énorme « cadeau » de la part de l’État – le plus important de toute l’histoire des soins de santé israéliens.

Selon le journal The Marker, des spécialistes soigneusement sélectionnés, possédant une expérience de plus de 10 ans, recevront 750 000 shekels et pour une expérience de moins de 10 ans, ils recevront un demi-million. Les paiements seront divisés en trois parties: la première 250 000 après la signature du contrat, la deuxième partie dans deux ans et la troisième dans trois ans.

Les institutions médicales nommées, dont la transition sera récompensée si généreusement seront les chirurgiens à l’hôpital Ziv de Safed, les neurologues pour enfants de l’hôpital Soroka à Beersheba, les oncologue à l’hôpital af-luha A-Emek, un spécialiste en réadaptation au centre Ela près d’Ofakim dans le Néguev, un spécialiste en «centuria» » à l’hôpital de Naarija, un gynécologue à Yoseftal à Eilat.

Mais pas seulement des spécialistes car 9 des 33 millions de shekels iront pour des «cadeaux» aux médecins qui souhaitent travailler comme «médecins de famille» à la périphérie. Ces thérapeutes recevront chacun 500 000 shekels, s’ils acceptent de partir «pour les terres vierges» – dans des régions particulièrement éloignées, Safed et Eilat. Les « médecins de famille » qui partent pour le reste de la périphérie recevront 250 000 shekels.

🟦 ANNONCE 🟦

Les stagiaires dans certaines spécialités ont une promesse de 250 000 à la périphérie et 150 000 au centre. Ceux-ci comprennent la pathologie, la médecine légale, la gériatrie, l’hémato-oncologie pédiatrique, l’anesthésiologie, la réanimation pédiatrique, la néontologie, la chirurgie pédiatrique et vasculaire, la médecine nucléaire, la génétique et la neurologie pédiatrique.

Quelques conditions supplémentaires: le candidat ne doit pas avoir déjà reçu de paiement du ministère de la Santé et de tels cadeaux auparavant, et deuxièmement, un tel médecin doit avoir au moins 10 ans d’expérience avant le départ à la retraite.

Récemment, les médias ont évoqué la pénurie catastrophique de médecins dans les hôpitaux en raison du départ à la retraite massif de médecins arrivés dans le pays avec une «grande Aliyah» des années 1990.