Cette phrase est connue dans la Thora :  » Après avoir passé le Jourdain, le peuple d’Israël, sous la direction de Josué, arrive à proximité de la ville d’Aï. Après une première défaite, Dieu va livrer entre les mains de son peuple le roi d’Aï et son pays. »

Mais où se trouve cette ville ?

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Pour les archéologues , elle se trouve en Judée Samarie, et Et-Tell, pourrait être Aï mais un hic subsiste, en effet, les dates de peuplement ne correspondaient pas aux dates bibliques.

Pour trouver une réponse, le Docteur Stripling a donc décidé d’utiliser le texte biblique pour trouver l’emplacement exact.

Il est écrit : « Josué les fit partir, et ils allèrent se placer en embuscade entre Béthel et Aï, à l’occident d’Aï. » Josué 8:9

Stripling émet alors l’hypothèse d’une embuscade située à Wadi Sheban et Et-Tell ne pouvait fournir aucune solution d’embuscade.

La solution, se rendre sur les lieux et vivre comme au temps des hébreux !

Trois archéologues ont donc décidé de se rendre à Wadi Sheban. Arrivée , il ne leur faudra que 5 minutes pour arriver au site d’Aï. Mais selon les archéologues cette découverte est suite à des années d’efforts :

« Il y a eu 14 années d’excavation difficile avec une interruption de 8 ans en raison de l’Intifada palestinienne. Nous avons souffert de vandalisme constant ( de la part des palestiniens). Mais nous avons persévéré et fait un excellent travail d’excavation. »

Depuis le docteur Stripling rappelle aux doctorants d’Université qui ne faut pas hésiter à avoir recours aux textes bibliques :

« Ils m’ont remercié en disant que j’étais la première personne à leur avoir appris à utiliser la Bible.
Comme moi, ils ont utilisé des textes d’Égypte et de Mésopotamie, mais j’étais le seul à faire référence à la Bible. . […]
Même si vous contestez la fiabilité historique de la Bible, ce qui ne me convient pas, vous ne pouvez pas nier les centaines de synchronismes entre les données archéologiques et le texte biblique.[…] Il y a une poignée de croyants et nous espérons former une nouvelle génération d’archéologues bibliques. »