Dr Yasmin Diab
24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

La crise du coronavirus affectera presque tous les aspects de l’avenir d’Israël, de la santé à la macroéconomie, au bien-être, au marché du travail et à l’éducation, a montré mercredi le rapport «Picture of a Nation 2020» publié par le Taub Center for Social Policy Studies en Israël.

«Le coronavirus est l’événement mondial le plus perturbateur sur le plan économique depuis la Seconde Guerre mondiale», a écrit le professeur Avi Weiss, président du Taub Center , auteur du rapport. «Bien que nous n’ayons pas encore assez de distance historique… pour évaluer son impact complet sur la société israélienne et son économie, il y a quelques premières indications que l’expérience d’Israël avec cette pandémie, et la voie à suivre, sont quelque peu différentes de celles de la plupart des pays développés et pays pairs.  »

Les défis du système de santé en Israël étaient connus avant le COVID-19, a déclaré Weiss : « Du point de vue des ressources, Israël est entré dans cette pandémie dans une position relativement précaire. »

Les pénuries de budgets, d’infrastructures et de main-d’œuvre représentaient un risque dans la lutte contre les coronavirus. Par exemple, le rapport a montré que les dépenses de santé publique sont faibles par rapport à d’autres pays de l’OCDE, y compris ceux ayant des systèmes de santé similaires – environ 7,4% du PIB contre 8,9% à 11% – ce qui se traduit par «un risque réel de dommages collatéraux indirects à la pandémie.  »

De même, Israël souffre d’un faible nombre de lits d’hospitalisation pour 1 000 habitants (2,2 contre 2,6 dans les pays de l’OCDE et 4,1 dans les pays ayant des systèmes de soins de santé similaires) et d’un taux élevé d’occupation des lits (94% contre 75% dans les pays de l’OCDE et pays similaires).

🟦 ANNONCE 🟦

Le rapport a souligné que le pourcentage de personnes admises à l’hôpital qui ont passé plus de cinq heures aux urgences continue d’augmenter et que le coût des soins du pays est structuré de manière à nuire aux soins communautaires, aux maisons de soins infirmiers et à l’hospitalisation à domicile.

L’un des plus grands défis de la crise des coronavirus était la gestion des résidences pour personnes âgées; environ 30% des morts israéliens étaient des résidents du centre gériatrique.

Ronni Gamzu, PDG du Sourasky Medical Center à Tel Aviv – qui a développé le plan «Protégeons nos pères et mères» pendant la crise – a rapporté que les maisons de soins infirmiers sont diverses, allant des centres de réadaptation gériatrique aux établissements médicaux et psychiatriques aux logements protégés, et que les effectifs de ces institutions sont souvent très divers et peuvent être faibles.

Alors que le pays se prépare à une deuxième vague, notamment en élaborant des politiques pour lutter directement contre le virus, le Centre Taub a recommandé qu’Israël «prenne également des mesures pour réduire la mortalité indirecte en raison du dépistage et des traitements réguliers retardés», ce qui pourrait impliquer l’amélioration de tous les aspects de la système de soins de santé.

🟦 ANNONCE 🟦

De plus, Weiss a écrit que «le système éducatif israélien traverse une crise profonde suite à l’épidémie de coronavirus» et qu’il pourrait «subir une révolution sérieuse… Les ressources numériques deviendront des outils pédagogiques essentiels, tandis que la salle de classe et le terrain de jeu de l’école seront des centres de concentration pour le contact social.  »

Cependant, cette révolution pourrait présenter un certain nombre de risques, notamment l’élargissement des écarts entre les nantis et les démunis et entre les étudiants arabes et juifs. Cela pourrait également entraîner une perte de «l’espace sûr» pour certains enfants.

Bien que le budget de l’éducation ait augmenté depuis 2010, l’écart dans le budget moyen entre les secteurs arabe et juif est toujours proche de 30%. De plus, alors que pour les étudiants de l’enseignement hébreu, les scores aux examens PISA ont augmenté entre 2006 et 2012 et se sont stabilisés depuis lors jusqu’en 2018, pour les étudiants de l’enseignement arabe, il y a eu une forte baisse entre 2015 et 2018.

De plus, l’écart entre les dépenses consacrées à l’enseignement secondaire par Israël et la moyenne de l’OCDE est important. Les enseignants sont trop peu payés en Israël, selon le rapport: un enseignant débutant au primaire gagne 21 000 $ contre 32 000 $ dans l’OCDE et un enseignant du secondaire environ 23 000 $ contre 36 000 $.

Le Taub Center a également montré que les enfants qui grandissent dans la pauvreté au cours des deux premières années de leur vie souffrent de très faibles résultats scolaires.
Le déficit budgétaire d’Israël au début de l’épidémie de coronavirus s’élevait à plus de 4% du PIB, un niveau supérieur au niveau fixé par le gouvernement. Alors que le déficit devrait atteindre environ 11% en 2020, le Taub Center note le faible ratio dette / PIB d’Israël – environ 60% – qui permettra au gouvernement de se tourner vers les marchés de capitaux pour garantir le financement du déficit croissant. Le ratio de la dette au PIB devrait passer à environ 75%.

Alors que l’économie était en bonne position avant la crise et que la baisse du PIB en 2020 devrait rebondir l’année prochaine, la croissance du PIB par habitant (productivité) a régulièrement diminué au cours de la dernière décennie – en moyenne seulement 1,5 % entre 2017 et 2019.

Le ralentissement de la croissance de la productivité au début des années 2000 est attribué à l’entrée de populations peu qualifiées sur le marché du travail. Le manque d’investissement privé dans le capital physique devrait «continuer pendant longtemps» en raison de l’épidémie de coronavirus.

Le doublement des investissements publics dans des secteurs tels que les infrastructures, les transports et les communications pourrait «effacer l’écart de productivité par travailleur». Contrairement au secteur privé, Weiss pense que l’investissement public devrait s’accélérer après la crise, en particulier dans le système de santé et les transports.

En plus de l’épidémie de coronavirus qui a laissé plus d’un million d’Israéliens sans emploi – en congé sans solde ou mis à pied – la crise a également mis en lumière les compétences requises pour le futur marché du travail. Ce fut particulièrement le cas pour la maîtrise de l’informatique, de nombreux employés étant invités à travailler à domicile.

«De nombreuses entreprises et travailleurs sans compétences informatiques ont été laissés pour compte», a déclaré Weiss. «Il est encore trop tôt pour évaluer comment la crise affectera les travailleurs de différents secteurs et de différents groupes de population, mais il est probable que les dommages aux travailleurs qui n’ont pas acquis de compétences informatiques seront plus graves.»

Comme la population israélienne devrait passer d’environ 9 millions aujourd’hui à environ 12,8 millions d’ici 2040, la population en âge de travailler devrait également augmenter de manière significative – de 4,8 millions en 2017 à 7 millions en 2040.

Cette forte augmentation posera un défi aux secteurs de l’enseignement supérieur, de l’emploi et du logement en Israël. Si les taux d’inscription actuels dans l’enseignement supérieur se maintiennent dans chaque secteur de la population, le nombre d’étudiants augmentera de 53%, passant de 51 000 aujourd’hui à environ 78 000 en 2040.

L’offre d’espaces d’apprentissage devra augmenter considérablement si les décideurs politiques atteignent leur objectif d’accélérer les taux d’inscription dans certains secteurs de la population, y compris la communauté arabo-israélienne.

 

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !